Aujourd’hui c’est le premier avril !!! Une date que les enfants attendent avec impatience pour faire des farces à leurs amis et à leur famille ! Et leur canular préféré est bien entendu celui d’accrocher des poissons dans le dos de leurs victimes !
En ce jour des poissons, l’occasion était trop belle pour moi pour vous parler d’eux justement ! Plus précisément des poissons en voie de disparition. Parce qu’ils ont bon dos les poissons, mais pour mieux les protéger, il faut apprendre à les connaître et savoir pourquoi certains sont en danger.
Et nous ferons bien entendu un petit interlude historique, pour essayer de comprendre pourquoi le poisson est le symbole des farces du premier avril !

Pourquoi fait-on des farces le 1er avril ?

Les hypothèses sur l’origine de la tradition du 1er avril sont nombreuses et finalement peu établies. Mais voici quand même quelques pistes pour essayer d’y voir plus clair !

En 1564, avec l’Edit de Roussillon, le roi Charles IX instaure le premier jour de janvier comme le premier jour de l’année partout en France (ce n’était pas le cas avant), plutôt qu’en mars auparavant. Un calendrier qui sera alors progressivement établi en France et dans le reste de l’Europe.
Mais à cette époque, en France, une tradition faisait qu’on s’offrait les fameuses « étrennes » pour célébrer le passage à la nouvelle année, entre le 25 mars et le 1er avril. Alors, comme les nouvelles mettaient du temps à se diffuser, tout le monde n’était pas au courant en même temps de ce nouveau calendrier. On se moquait alors de ceux qui ne le savait pas encore.

Par la suite, cette tradition n’ayant plus de raison d’être, elle a donc naturellement évolué. Mais cette fois-ci, pour marquer le « faux nouvel an ». On s’offre donc des cadeaux pour rire, qui sont petit à petit devenus des blagues et canulars en tous genres.

Pourquoi le poisson est-il symbole du 1er avril ?

Là aussi, difficile de trouver une seule et même origine à cette tradition. Je vous ai donc sélectionné 4 des histoires possibles du poisson d’avril, à une époque où on ne parlait pas encore de poissons en voie de disparition !

  • Dans la continuité de l’histoire de Charles IX et de l’Edit de Roussillon, les Français se sont mis à se faire de faux cadeaux le 1er avril. Tombant à la fin du Carême, période pendant laquelle les Chrétiens ne mangent pas de viande, cela pourrait expliquer pourquoi on s’offre du poisson !

Allé, je vous mets une petite vidéo-récap de l’histoire du poisson d’avril, je sais que vous les adorez celles-là :

Mais il existe d’autres théories quant au choix de cet animal le 1er avril. Voici d’autres petites histoires :

  • Dans l’histoire, il s’est passé de nombreux événements un premier avril. Parmi ces événements pouvant être reliés à un poisson, il y a l’histoire du Prince de Lorraine. Emprisonné au Château de Nancy, il aurait réussi à se sauver en plongeant dans la Meurthe et en la traversant à la nage. Tout ceci un premier avril bien sûr !
  • Une autre explication pourrait venir de la date d’ouverture ou de fermeture de la saison de la pêche, qui aurait eu traditionnellement lieu de 1er avril. En fonction des pays et des périodes de reproduction, la pêche était ouverte ou suspendue à cette date. Les pêcheurs chanceux, qui revenaient chargés ce jour d’abondance, ou les pêcheurs dépités car la pêche était suspendue, étaient les cibles de moqueries. On se moquait d’eux, soit car l’exercice était facile, soit parce qu’ils revenaient bredouilles ! C’est là que la tradition serait peut-être née, d’accrocher un poisson (un vrai à l’époque !!!), dans le dos des pêcheurs.
  • Mais cette tradition pourrait tout simplement venir du fait que le 1er avril correspond au signe du Zodiaque des Poissons. Pour symboliser ce jour, on aurait ainsi choisi le poisson.

Pourquoi certains poissons sont en voie de disparition ?

Vous vous en doutez, les causes à la disparition ou à la menace de nombreuses espèces d’animaux marins sont évidemment diverses.

Le réchauffement climatique

Tout d’abord, nous pouvons citer le fameux réchauffement climatique. Celui-ci impacte directement leur écosystème : acidification des océans et augmentation de la température de l’eau. Les poissons qui ne sauront pas s’adapter seront malheureusement amenés à disparaître.

La pêche massive, illégale ou ne respectant pas les fonds marins

Poissons en voie de disparition et pêche massive

De plus, les besoins en nourriture des êtres humains, de plus en plus nombreux sur Terre, ne font que croître. La pêche est donc une autre problématique faisant que certains poissons se retrouvent en voie de disparition. Certaines espèces ont longtemps été capturées massivement pour notre consommation ou pour les aquariums. Aujourd’hui, la pêche est généralement réglementée, mais ceci n’est pas toujours respecté. Certaines techniques de pêche sont aussi très brutales et non respectueuses des fonds marins. Et lorsque ces fonds marins sont endommagés, c’est tout leur écosystème qui est menacé. Nous en parlions justement dans l’article sur l’importance des coraux.

Les espèces envahissantes

Certaines espèces envahissantes sont aussi responsables de la disparition d’autres espèces. C’est par exemple le cas de la perche du Nil, qui, une fois introduite dans le lac Victoria, a mangé en 20 à 30 ans la majeure partie des espèces marines qui y vivaient. Nous parlions de cette histoire (parmi d’autres) dans l’article sur les chaines alimentaires.

Quels sont les poissons en voie de disparition ou menacés ?

Malheureusement, encore 1/3 des poissons consommés sont issus de la surexploitation et de pêches non durables. Et une grande partie de ces poissons se retrouve sur les étals des grandes surfaces…

Poissons menacés

Voici une liste de 15 poissons en voie de disparition. Il est essentiel de les connaître. Afin d’éviter de les consommer si un jour vous en voyez chez votre poissonnier ou au restaurant.  
Il s’agit du Top 15 des poissons les plus menacés : le napoléon, l’ange de mer ocellé, le mérou rayé, l’esturgeon de l’Adriatique, l’Estrugeon d’Europe, le poisson-scie trident, le kaluga huso dauricus, l’aphanius baeticus, le sanopus splendidus, les marbrés, l’apogon de kaudern, le grand poisson-caribou du Nord, le thon rouge de l’Atlantique, le Chrysopléphus gibbiceps et l’aphanius d’Espagne.

Quels poissons privilégier pour notre consommation ?

Même si les chiffres sur les poissons en voie de disparition sont préoccupants, on constate qu’ils ne s’aggravent pas. Voire même qu’ils s’améliorent depuis quelques années. Il est donc important de poursuivre la sensibilisation et d’adapter notre consommation !

Vous l’avez compris, pour mieux consommer, il faut faire attention à l’espèce du poisson, sa provenance et au type de pêche utilisé. Cela permet de ne pas épuiser les stocks et de ne pas cautionner la pêche illégale.

L’inconvénient quand on veut privilégier la pêche durable, c’est qu’il faudra souvent mettre la main au portefeuille. Quitte à consommer moins pour consommer mieux.

Afin de privilégier les poissons issus de la pêche locale et durable, voici quelques espèces à privilégier : le bar de ligne de la côte française ; le cabillaud de la mer d’Iroise ; la sole, le merlu et l’anchois provenant tous les trois du golfe de Gascogne ; la coquille Saint-Jacques de la Baie de Saint-Brieuc ; ou encore la plie et le lieu noir de Mer du Nord.

Poissons en voie de disparition et pêche illégale

Vous savez tout sur les poissons d’avril, et surtout pourquoi certains poissons sont en voie de disparition. Pour les protéger, nous avons tous un rôle à jouer ! Il suffit de faire attention à ceux que nous mangeons !

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez surtout pas à le partager !

Articles similaires

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.