Quand on veut connaître son impact sur la planète, on parle souvent d’empreinte carbone (nous avions déjà abordé ce point ensemble d’ailleurs !). Pour rappel, il s’agit d’une simulation permettant de calculer ses propres émissions de CO2. Elle est propre à chacun et dépend de nos modes de vie.
Mais finalement, notre impact sur notre belle planète se limite-t-il à comment nous nous déplaçons et à ce que nous consommons ? Evidemment que non !
Alors il est important de compléter l’empreinte carbone avec une autre notion, plus complète : celle de sac à dos écologique ! Mais je vous entends déjà me dire, mais pourquoi est-ce qu’elle nous parle de sac à dos ? Quel est le rapport ? Suivez-moi (ou plutôt lisez-moi !), je vais vous expliquer !

Notre production de déchets

Sac à dos écologique et déchets

En moyenne, un Français produit chaque année 590kg de déchets (source : ADEME) !
Pour une famille de 4 personnes, cela fait plus de 2 tonnes. Ce qui représente le poids… d’un éléphant !!! Chaque année, une famille jette donc à la poubelle l’équivalent d’un éléphant en déchets.

La notion de sac à dos écologique

Lorsque nous calculons notre empreinte carbone, nous prenons en compte toutes les pollutions « visibles ». Mais finalement, nous oublions l’essentiel…

En effet, avant d’arriver entre nos mains, un objet consomme énormément de ressources, autres que celles qui le composent. Regardons de plus prêt le parcours d’un objet, depuis sa fabrication : 

  • Pour sa fabrication, il va falloir beaucoup d’énergie et de la matière première (c’est la matière qui le compose et avec laquelle on fabrique l’objet).
  • Une fois fabriqué, il va falloir emballer cet objet. Cet emballage doit lui aussi être fabriqué, et demande donc lui-même de l’énergie et de la matière première. Puis va finir à la poubelle, juste après avoir acheté l’objet.
  • L’objet est fabriqué, emballé, mais… il n’est pas encore arrivé jusqu’à nous ! Il va donc falloir le transporter. Plusieurs moyens de transport seront parfois nécessaires pour qu’il arrive en magasin : un camion, mais aussi parfois un avion ou un bateau. Ces transports produisent généralement des gaz à effet de serre.
  • L’objet est donc arrivé en magasin, il est prêt à être acheté ! Mais ce magasin, pour exister, produit lui aussi des déchets liés à son fonctionnement et consomme de l’énergie (électricité, eau, chauffage, mais aussi sur-emballage, entretien du magasin, et la liste est longue…).
  • Nous finissons donc par acheter cet objet tant convoité ! Nous jetons l’emballage et le ticket de caisse.
  • Puis nous l’utilisons (enfin !). Avec un peu de chance, nous le garderons quelques années, et il servira même peut-être à d’autres personnes. Mais il finira un jour à la poubelle. Et deviendra alors un déchet.

En retraçant ce parcours, on se rend bien compte que finalement, le poids de ce déchet n’est rien par rapport à tout ce qu’il a généré avant !

Le sac à dos écologique ou la face cachée de l’iceberg

Le sac à dos écologique prend donc en compte que chaque objet a consommé plus de ressources naturelles et d’énergie que son poids ne peut laisser le penser. C’est tout cela que notre objet porte dans un sac à dos invisible : le fameux sac à dos écologique !

En moyenne, ce sac à dos pèse même 30 fois plus lourd que l’objet lui-même… Mais il s’agit d’une moyenne. Prenons quelques exemples :

  • Une brosse à dents de 50g génère 1,5kg de déchets, soit un sac à dos écologique 30 fois plus lourd.
  • Un jean de 600g demande 32kg de matières premières et 8000 litres d’eau pour être fabriqué, soit un sac à dos 53 fois plus lourd.
  • Une voiture pesant 1 tonne génère 70 tonnes de déchets pour être produite, soit un sac à dos écologique 70 fois plus lourd.
  • Un smartphone de 150g demande 70kg de ressources, soit un sac à dos 467 fois plus lourd…

Voici une illustration très bien faite, de l’ADEME sur la face cachée des objets :

Sac à dos écologique vu par l'ADEME

Comment éviter ou réduire ce sac à dos écologique ?

Quand on achète un objet neuf, il faut donc bien garder en tête que cet objet et son emballage ne sont pas les seuls déchets produits. La face cachée de l’iceberg, ou le sac à dos écologique qu’il transporte, comprenant aussi les ressources que sa fabrication a demandé, l’énergie, mais aussi les transports.

C’est pour cela qu’il est important de réfléchir avant d’acheter :

  • En ai-je vraiment besoin ?
  • Est-ce que je n’ai pas déjà un objet similaire ?
  • Est-il indispensable ?
  • Puis-je l’acheté d’occasion ou le louer ?
  • Est-il possible de faire réparer le précédent ?

Et si j’ai vraiment besoin de cet objet, j’essaie d’acheter local !

L’ADEME donne également une liste de 5 commandements pour une consommation plus responsable.

Et vous, vous connaissiez le sac à dos écologique ? Vous auriez su l’expliquer à votre enfant ?
S’ils ont d’autres questions en rapport avec l’environnement, n’hésitez pas à me les poser en commentaires !

Si vous avez aimé l'article, n'hésitez surtout pas à le partager !

Articles similaires

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.